Changements dans l’organisation du cours de religion

Dans l’Enseignement Officiel et dans le Libre non confessionnel, un cours d’Education à la Philosophie et à la Citoyenneté (EPC), obligatoire pour tous les élèves à raison d’une heure/semaine,  a été introduit le 1/9/2016 à l’école fondamentale. Cette période a été prise sur le temps des cours dits philosophiques, à savoir le cours de religion et le cours de morale, réduisant  automatiquement de moitié les deux heures/semaine dont ils bénéficiaient. En plus, les parents d’ élèves avaient la possibilité de choisir pour leur enfant une deuxième heure d’EPC en remplacement de l’heure de religion ou de morale. La bonne nouvelle est que moins de 10% des parents ont choisi  une deuxième heure d’EPC ! Cela signifie que  90%  au moins des parents ont marqué leur choix pour le cours de l’une ou l’autre des religions agréées en Belgique, ou le cours de morale.

Dans ces réseaux officiel et libre non confessionnel, le cours de religion catholique est dispensé par des centaines de maîtres de religion en maternelle et au fondamental, et de professeurs de religion au secondaire. Ces enseignants sont encadrés par une trentaine d’inspecteurs : 17 pour le fondamental subventionné et le libre non confessionnel subventionné, 8 pour le secondaire de ces deux catégories, 1 pour le primaire (ordinaire et spécialisé) organisé par la FWB dans toutes les provinces francophones, 2 pour le secondaire organisé par la FWB.

Impact de ces changements sur les enseignants

En octobre 2016, le SEREO a lancé un appel à témoignages auprès des maîtres de religion catholique afin de connaître les situations qu’ils vivent suite à ces changements et au besoin tirer la sonnette d’alarme ! Plus de cinquante témoignages à visage découvert nous sont parvenus. Nous les avons transmis au syndicat CSC-enseignement, qui en a publié une quarantaine dans son journal CSC-Educ n°104 de décembre 2016.

Ce qui ressortait de ces témoignages, c’est que les difficultés organisationnelles des cours philosophiques (religion, morale et CPC) sont immenses et affectent directement les maîtres de religion. Ceux-ci se décrivent comme étant stressés, déprimés, épuisés, découragés, se sentant seuls et non respectés.

Si les maîtres nommés ont globalement eu la chance de conserver leur emploi, certains doivent faire jusqu’à 14 établissements pour remplir leur horaire ! Une course épuisante, qui raccourcit les périodes et entame la qualité du cours. Un impact économique aussi, les km parcourus en plus n’étant pas payés.

Quant aux temporaires, certains ont vu leur charge horaire réduite de moitié, entraînant la baisse du salaire dans la même proportion.

Au secondaire,  le cours d’EPC a été introduit au 1 septembre 2017. L’expérience du fondamental a été mise à profit pour limiter les dégâts, notamment par des mesures de maintien de l’emploi.

Dans le but d’unir leurs voix pour faire entendre leurs revendications, les maîtres de toutes les religions autorisées dans l’enseignement officiel en Belgique ont créé un collectif : le CEREO. A découvrir sur www.cereo.be.

Et vous ? Que pouvez-vous partager sur votre situation ? Envoyez un message à josepha@sereo.be.